Comment repérer les labels sur les produits de grande consommation ?

Publié le : 08 novembre 20213 mins de lecture

Vous ne pouvez plus compter les nombreux labels qui sont apposés sur tous les produits de grande consommation. Tous les logos qui sont censés certifier un engagement environnemental et éthique ou de qualité des produits se sont bien multipliés ces quelques dernières années, cela risque alors de devenir contreproductif et le consommateur peut s’y perdre.

Comment reconnaître les faux labels et l’autoproclamation ?

Quelques industriels profitent souvent de ce flou de certifications et apposent sur leurs produits les « faux labels » et se font de la publicité à peu de frais. Actuellement, il y a de nombreux labels autoproclamés concernant les produits de grande consommation. Par exemple, il y a notamment les sigles nommés « saveur de l’année » et « produits de l’année ». Ces derniers placent en avant le fait qu’ils ont été décernés par tous les consommateurs, cependant, tout dépend de chaque question posée et du traitement des réponses subjectives. Il est alors essentiel de connaître chaque point distinguant d’un faux label du vrai. Cela peut être compliqué, mais n’hésitez pas à approfondir le sujet et faire quelques analyses avant de perpétuer un quelconque achat.

Pratiquer le Nutriscore pour optimiser la lisibilité

C’était essentiellement l’ambition d’une notation telle que le Nutri-Score qui a pu aider de nombreux consommateurs à reconnaître un vrai label. Lancé en 2017, le logo nutritionnel a connu récemment un vrai succès chez les entreprises et les consommateurs : un Français sur deux a déclaré avoir changé une habitude d’achat avec cette notation et environ 500 sociétés l’ont adopté en fonction de l’évaluation à 3 ans qui a été publiée en février par l’organisme de santé publique. Avec un petit coup d’œil, des chiffres et un code couleur, le consommateur pourra comparer la valeur nutritionnelle de tous les produits.

Comment favoriser d’une bonne transparence ?

Parfois, même si le Nutri-Score était devenu obligatoire, l’indicateur se limite à l’aspect nutritionnel de tous les produits et ne répond pas au désir d’une transparence généralisée, qui est devenue exacerbant à la faveur de la pandémie. Désormais, chez les consommateurs, il y a beaucoup d’attentes sur la provenance des produits, le bien-être animal et sur l’environnement, précise un cabinet spécialisé dans les études marketing. Afin de répondre à toutes ces attentes, quelques sites et applications tentent de mieux synthétiser toutes les informations avec la data en promettant de déchiffrer facilement l’indéchiffrable. Il est alors conseillé de les consulter pour favoriser d’une meilleure transparence.

Plan du site